On a assez donné !

24 mars, 2009

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 17:42

Après les propos tenus dans la presse, par notre PDG, le 12 février 2009, l’ensemble des organisations syndicales présentes au CCE avaient demandé à la direction des comptes et notamment sur : -         Quels modèles de véhicules sont concernés par la commande d’avril évoquée devant les journalistes et quels cylindrés ? 

Réponse de la direction : « Ce sont les journalistes qui ont déformé mes propos, vous n’allez quand même pas m’empêcher de faire de la publicité gratuite pour défendre l’entreprise. Les nouveaux modèles sont : le GT compact, le QP3, et une évolution des modèles existants ». La CGT considère que la direction tente encore une fois de noyer le poisson. Les 8 nouveaux modèles cités dans la presse ne sont en fait que deux véhicules ! L’un hypothétiquement produit en France (si on est prêt à faire de nouveaux efforts), l’autre produit de toute façon en Chine, dans la J.V ! 

-         Quelle sera la charge de travail future pour Dannemarie ? 

Réponse de la direction : « 30 moteurs 125cc par jour et 180 moteurs 50cc par jour. Il y a aussi des pièces automobiles ». Cependant lorsque la CGT a demandé du détail, la direction n’a pas pu préciser les volumes, ni s’exprimer sur l’occupation du personnel. Pour la CGT il n’y a rien de concret dans ce que la direction a déclaré pour la charge de travail de Dannemarie : si des fabrications pour l’automobile sont en « cours d’étude », cela ne garantie pas que les pièces seront fabriquées par notre usine Alsacienne. Ce qu’il y a de sûr c’est qu’actuellement les installations de Dannemarie, comme celles de Mandeure, sont sous occupées ! Le personnel ne peut se contenter de « si » ou de « peut être », ce n’est pas comme cela que l’on construit sa vie ! 

-         Pourquoi avoir recours à de la main d’œuvre PSA ou autres alors qu’un PREC, ayant pour objectif de faire partir 250 salariés déclarés « en sureffectif » par la direction, est en place dans notre entreprise ? 

Réponse de la direction : « L’entreprise perd de l’argent, ce n’est un secret pour personne : le plan de départ volontaire est la seule solution pour ramener l’équilibre ! ». « Le recours aux prêts et à l’intérim s’explique par la saisonnalité de notre activité, et des montées en cadences ponctuelles ». Pour la CGT, la direction réduit volontairement les structures et la main d’œuvre, pour pouvoir recourir de manière abusive à la précarité (intérims, CDD, turn-over des  »CDI-GPEC » etc.) lorsqu’elle aura besoin de produire plus ! Lorsqu’elle n’aura plus besoin des gens, elle pourra les jeter à loisir, sans se soucier du reste !  

La CGT a interpellé la direction sur une simple réflexion : que se passera-t-il quand on s’apercevra qu’avec le PREC on a fait partir le personnel nécessaire à la réalisation des fabrications? Réponse de notre employeur qui se passe de commentaire : « faudra bien faire avec, les gens devrons travailler plus, et faire plus d’efforts ! » 

-         Point sur les ventes de véhicules de la JV et badgés ? Pour l’année 2008, un total de 50 526 véhicules, dont :                                 

Cyclos : 4 394    V-CLIC : 27 798    SUM UP: 5 450   

NEW VIVA : 12 881    FIGHT 3 : 3 

Pour la CGT, ces chiffres se passent de commentaires : plus de la moitié de notre production annuelle pour 2008 était déjà Chinoises ! Peugeot Motocycles prend le même chemin que CONTINENTAL, et ses 1 120 salariés de l’usine de Clairoix qui doit fermer l’an prochain, entraînant la suppression d’au moins 2 000 emplois supplémentaires. Le fabricant de pneus, qui après avoir obligé les salariés à bosser 40 Heures, payées 35 heures, les mets tous à la porte ! 

-         Point sur les futurs projets notamment sur les motorisations 200cc ? Réponse de la direction : « Le GT compact, si les programmes sont rentables et que l’entreprise gagne de l’argent avec, sinon il sera produit ailleurs, comme le reste des fabrications encore Françaises ». « Le 3 roues » : « Des études sont menées autour des moteurs 200cc et 300cc. Ce n’est pas sûr qu’il y ait une vraie demande commerciale autour des 200cc. » 

Déplorable : la CFTC et la CFE/CGC ne sont quasiment pas intervenus lors de ce C.C.E ! Aucune réaction devant la « duperie » du patron avec le GT compact. Qu’à cela ne tienne, il sera bien temps pour eux de défiler dans les rues, avec casquettes & sifflets, quand la boite fermera !  Le GT compact, qui était la soit disant « contrepartie » à l’avenant aux 35 heures, sera fabriqué en France si les coûts de fabrication sont diminués, si des « progrès » sont faits. La CGT a demandé au PDG ce qu’il entendait par « progrès » : le patron a répondu « il y aura peut être des augmentations de cadence dans le but de rentabiliser l’entreprise ». Les projets « fondent » comme neige au soleil et nous allons en baver plus, beaucoup plus : c’est une certitude qui est inacceptable ! En bref un discours qui ne change pas d’un iota : « il va falloir faire encore plus d’efforts pour sauver l’entreprise, sinon je ferme et je fais tout faire ailleurs » ! Des propos graves et dénués d’humanité qui illustrent bien le personnage que nous avons à la tête de notre entreprise ! Une attitude inadmissible, indigne d’un chef d’entreprise, qui n’a que la productivité et la rentabilité à l’esprit ! Pour y parvenir un unique moyen : le chantage ! 

18 mars, 2009

LE 19 MARS : mobilisation !

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 16:31

GREVE ET MANIFESTATIONS INTERPROFESSIONNELLES         

La forte mobilisation du 29 janvier a conduit le président de la République à annoncer à l’occasion de la rencontre avec les syndicats, le 18 février, une légère inflexion sociale à son plan de relance. En réponse à une partie des revendications avancées par les organisations syndicales, des mesures sont annoncées, des processus de concertation sont proposés sur le partage de la valeur ajoutée et des profits, un fonds d’investissement social est programmé, mais les avancées restent timides et fragmentaires !       

La CGT considère que les mesures sont trop insuffisantes et incapables de palier à la situation que nous subissons, pour modifier le cap économique de la politique gouvernementale. Par ailleurs, le Président a refusé catégoriquement d’augmenter le Smic, de modifier sa politique d’emploi dans les fonctions publiques et le privé… À cela s’ajoutent l’attitude dogmatique du patronat et son refus d’assumer ses responsabilités. 


La crise, provoquée par les spéculateurs, nécessite des réponses d’une toute autre portée. Les effets de la crise économique et financière s’accentuent et accroissent les inquiétudes des salariés. La recrudescence des suppressions d’emploi, d’utilisation du chômage partiel, contribuent à amplifier la récession et pèsent lourd sur la santé publique et sur le pouvoir d’achat qui se dégrade. 

Il est grand temps que nous obligions le patronnât et l’état à s’engager ! Tout ceci conduit la CGT à poursuivre la mobilisation. La CGT appelle à poursuivre les actions engagées dans les secteurs professionnels. La journée de mobilisation interprofessionnelle du 19 mars 2009 donnera lieu à des grèves et des manifestations dans tout le pays. 
 

La CGT exprime son soutien aux salariés des DOM et à leurs organisations syndicales et appelle le gouvernement et le patronat à répondre positivement aux revendications posées. 
 

Les organisations syndicales se réuniront à nouveau à Paris dès le 20 mars 2009 pour envisager les suites.

Pour défendre l’emploi privé et public, 

Pour lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales, 

Pour exiger des politiques de rémunération qui assurent le pouvoir d’achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités, 

Pour défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale, des services publics de qualité. 

La CGT de PMTC appelle à la grève de 2 H à la journée et au rassemblement 

Le jeudi 19 mars à Montbéliard
Départ 14h Champ de foire 


Les organisations syndicales appellent les salariés à venir avec une copie de leur fiche de paie : elles seront brûlées dans un brasero pour signifier le ras-le-bol de voir notre pouvoir d’achat partir en fumée. 

16 mars, 2009

Brève mars 2009

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 16:22

M12 :

le point Suite à l’action de grève du 6 mars et à la venue de la DRRH dans l’atelier pour négocier les demandes des salariés, le personnel a transmis à la direction un protocole de fin de conflit. Ce document a été remis à la DRRH le 12 mars accompagné d’une demande de restitution de réponse le 13 mars. La direction n’a pas donné signe de vie !

Face à cette nouvelle marque de mépris une nouvelle action sera entreprise dans l’atelier. Ce qui est malheureux c’est d’être obligé d’en arriver là pour se faire entendre !

A suivre …

Les Samedis de Travail Obligatoires (STO), application :

Un Samedi de Travail Obligatoire annulé le 14 mars (pour certains) : on ne va pas s’en plaindre, mais quand même : voici l’application d’un système basé sur la flexibilité à outrance !

Une réelle mise à disposition du personnel au gré des caprices de la direction. « Il nous manque des pièces donc vous ne travaillerez pas demain » tel a été le discours que la direction nous a tenu vendredi dernier lors d’une réunion faite « à l’arrache » à 12H30.

Cela donne une petite idée sur la façon dont la direction compte imposer les choses dans les mois qui viennent ! La chef du personnel l’a confirmé lors de cette réunion à la va vite : lorsque les compteurs seront revenus à zéro : des heures en « H +» seront affichées et par conséquent « obligatoires ».

Conditions de travail :

Les conditions de travail sont en train de se dégrader dans notre entreprise : cadences infernales, outils mal adaptés ou inexistants, pas de gamme précise de travail, une exposition grandissante aux risques professionnels. Dans les faits le CHSCT est intervenu à plusieurs reprises pour contrer ces différentes situations de risques provoquées.

En voici deux navrants exemples :

La semaine dernière nous avons eu vent d’augmentations intempestives de la vitesse de la chaîne 5. En effet celle-ci allait à une allure de 5O cm à la minute, puis 82 cm à la minute au lieu de 28 cm à la minute.

Lorsque nous avons interpellé le chef d’atelier sur ce sujet celui-ci nous a dit « ignorer » de telles pratiques et nous a assuré que c’était les monteurs qui « décidaient » de leur cadence.

Les dangers de tels procédés :

- La démultiplication des situations accidentogène : travailler de 3 à 5 fois plus vite, dans un environnement encombré, avec une charge mentale augmentée de façon exponentielle, favorise les accidents du travail et les troubles musculeux squelettiques (TMS).

- Le danger de laisser croire à des salariés que ce sont eux qui maîtrisent l’outil et sa vitesse, alors que la direction tente une expérimentation contrôlée pour voir jusqu’où elle pourra pousser la productivité sur l’ensemble de l’atelier puis l’étendre à l’usine.

- Le risque de voir les cadences de l’ensemble de l’atelier augmenter de manière considérable : « si les gars de la 5 arrivent à produire plus de véhicules les monteurs des autres chaînes pourront y arriver ! ».

- Une atteinte de la qualité : une grande partie des véhicules produits à ce rythme a été mis en retouche !

En bref c’est une nouvelle tentative de casse des cadences. La direction, avec « ses 35 heures » en veut toujours plus. Le plus triste c’est que c’est avec la complicité de deux T.A, qui n’ont pas tout compris, qu’elle tente de mettre en place cette nouvelle mise à mal des conditions de travail.

De M33 à la câblerie avec des hauts et « du bas » :

Cela fait peu de temps que le nouveau responsable de la câblerie a pris ses fonctions, avec ses grands sourires et son air chaleureux. Mais en peu de temps le gaillard a déjà fait des siennes : paroles déplacées envers certains salariés en briefing, mensonges qui s’en suivent, manque de respect auprès d’élus du personnel !

Dernièrement le CHSCT est intervenu auprès de lui pour un problème de caisses contenants des fourches, provenant de Chine, piquées par l’humidité et couvertes de champignons. Outre les répercussions pour la santé de ce type de spore, l’odeur que dégageaient ces caisses était nauséabonde.

Les élus lui ont demandé de les stocker à un autre endroit : réponse de l’intéressé sur la question « je vais les faire sortir ces caisses, on ne va quand même pas faire fermer l’usine ».

Serait ce le poste qui exige un tel comportement ? On dirait bien : ses prédécesseurs se sont bien illustrés, que ce soit au moyen d’un « stylo rouge » ou en tentant de « casser » des élus de la CGT, pour mieux casser les cadences : il est temps que cela change !

10 mars, 2009

Conflit M12 : synthèse de la réunion

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 21:25

La réunion avec la direction a eu lieu à l’aire UEP de peinture, comme prévu, à 8 heures le lundi 9 mars 2009. 

Tissu revendicatif : 

-      Le quart d’heure de douche payé dans le temps de travail, 

-      Les salaires, 

-      La dégradation des conditions de travail : 

o   Le travail posté des salariés seniors, 

o   La reconnaissance des compétences, 

o   Les samedis de Travail Obligatoires (STO), 

o   L’égalité hommes-femmes, 

o   L’engagement de la chaîne de peinture. 

Le quart d’heure de douche dans le temps de travail : 

Revendication très ancienne qui a fait récemment couler beaucoup d’encre. La direction a longtemps considéré que le quart d’heure de fin de poste que nous avions avant l’avenant aux 35 heures pouvait être assimilé au quart d’heure de douche. Malgré une grève en 1995, la douche n’était ni payée, ni intégrée au temps de travail, avant janvier 2009. Après la prise de décision de la direction de payer ce temps de douche en dehors du temps de travail, fin janvier 2009, le personnel d’application a toujours demandé du temps et non de l’argent ! 

Les salaires : 

La politique salariale de la maison Peugeot en général, et celle de PMTC en particulier, a généré un appauvrissement massif et diamétral de la population ouvrière. Tout le monde s’accorde à dire que nos salaires nous permettent à peine de vivre, tellement il est faible en terme de pouvoir d’achat ! 1% d’augmentation générale pour l’année 2009, (que nous n’auront pas depuis janvier), mais seulement depuis mars. Lors des débats l’accent à été mis sur la situation encore plus inadmissible du personnel féminin en termes d’évolution salariale !   

La dégradation des conditions de travail : 

Jugé déjà catastrophique par une experte agrée par le ministère du travail, avant le passage aux 35 heures, en fin 2008, les questions des conditions de travail, ainsi que le stress & la souffrance au travail ne cessent de se dégrader. 

Les Samedis de Travail Obligatoires sont un des facteurs aggravant de situations déjà dangereuses ! Il en existe d’autres, comme l’inégalité entre les femmes et les hommes, le manque de transparence autour des augmentations individuelles, qui relèvent d’une politique visant à créer les inégalités de manière délibérée. Ces actions sont des maux qui sévissent dans notre entreprise ! La question de la formation qualifiante, ainsi que la reconnaissance des compétences sont au  « point zéro » depuis des années. 

La généralisation du travail posté pour les salariés séniors est de plus en plus répandue dans notre entreprise. En poussant à la porte le personnel jugé « en trop » alors qu’elle ne sait même pas dans quels secteurs se trouvent le soit disant « sureffectif », la direction génère ces dérives, en ayant qu’un seul mot à la bouche, sans se soucier du reste : productivité! 

Sur-engagement de la chaîne peinture : 

Pour pouvoir avoir le quart d’heure de fin de poste, le temps de repas et les pauses, des augmentations de cadences ont été imposées en 1999, comme dans tous les secteurs de l’entreprise : la production est passée de 75 balancelles à l’heure, à 84 balancelles à l’heure ! Malgré les protestations du personnel, et la demande de revenir à l’ancien engagement, la direction annonce : « nous avons besoin d’être productifs ! » Encore des efforts faits par les mêmes, en mode « marche forcée » ! 

Comportemental : 

La direction, représentée par le DRRH et le Directeur Industriel & Logistique s’est comportée de manière odieuse en présence des salariés : « si vous foutez le bordel, PSA va nous fermer la boite » ou encore « c’est vrai que les installations de l’entreprise sont sous utilisées pendant la semaine, mais il faut bien qu’on affiche des samedis pour pouvoir rattraper le chômage », «  on ne s’engagera pas à ne pas afficher de samedis en « H+ », ce qui créditera un compte d’heure « à disposition », c’est un principe de vases communicants ». 

Le principe de faire remplacer les grévistes par des non grévistes est un jeu dangereux ! On se souvient tous du climat que ça a crée l’an dernier : la hiérarchie de M12 à renouvelé cette dérive hier matin, ce qui crée des tensions entre les salariés ! La CGT souhaite rappeler la maîtrise à l’ordre sur ce sujet ! 

Les débats qui auront duré 2 heures –payées-,  se sont clôturés sur l’engagement de la direction de nous faire des propositions sur l’ensemble de ces revendications demain à 9 heures dans l’aire d’UEP de la peinture afin d’ entamer les négociations. 

9 mars, 2009

Conflit M12 : des nouvelles du front

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 21:12

A l’issue du dernier C.E du 2 mars 2009, la CGT et la CFDT ont demandé qu’une délégation de l’atelier de peinture soit reçue par le DRRH pour désamorcer le conflit autour du « quart d’heure de douche » par la voix de la médiation.                              

Un rendez vous a été fixé pour le vendredi 6 mars 2009 à 13 h30 et confirmé par le directeur des relations et des ressources humaines le jeudi 5 mars 2009, lors de la négociation des salaires. 

Le jeudi 5 mars 2009, dans l’après midi, le responsable du MP1, sur ordre de la DRRH passait voir les peintres pour leur dire que le rendez vous ne concernait que les délégués du personnel et que si ils participaient à l’entretien, ils seraient considérés comme  « grévistes » ! 

Compte tenus du fait que les délégués n’ont pas été informés par le DRRH, au sujet du « malentendu », ils ont considéré que le rendez vous était maintenu. La délégation « PEINTRES-CGT-CFDT » s’est donc rendue comme prévu au 103, pour régler cette importante question revendicative. 

L’accueil qui leur a été fait se passe de commentaire : le directeur a refusé catégoriquement de recevoir la délégation, se retranchant derrière le fait que seuls les délégués l’ont sollicité pour un entretien. Le délégué de la CGT lui a demandé pourquoi il n’avait pas cherché à le joindre pour clarifier la question de la constitution de la délégation, et pourquoi en sa qualité de DRRH, il laissait ainsi pourrir un conflit depuis bientôt deux mois. Ses réponses furent navrantes : « je n’ai pas que ça à faire », « j’ai menacé les grévistes de sanctions parce qu’ils font la grève », « je ne suis pas dans une phase de médiation, je ne souhaite pas sortir de ce conflit par la voix de la discussion ». 

En clair, aucune volonté de discuter ou de résoudre cette crise de la part de ce stéréotype du « patron méprisant et vindicatif »! Navré par une telle attitude, la délégation est repartie dans l’atelier de peinture pour rendre compte de la situation. 

Lors du débat qui a suivit, le personnel de l’atelier s’est joint à la revendication légitime des peintres, et a exprimé également un mécontentement général sur la question de la dégradation des conditions de travail, accentuée par les Samedis de Travail Obligatoires (STO), la casse des temps de pauses, le travail posté des travailleuses et des travailleurs seniors, la navrante politique salariale menée par notre employeur. 

A l’issue du briefing qui a traité toutes ces questions, le délégué de la CGT, à la demande et en présence des salariés, a téléphoné au DRRH qu’il vienne dans l’air d’UEP de la peinture pour avoir un échange avec le personnel sur l’ensemble de ces questions. Réponse : « non je ne suis pas disponible, je suis physiquement absent ». 

Navrés par cette attitude mutique et cette nouvelle marque de mépris, le personnel a voté majoritairement la grève jusqu’à ce que « monsieur le directeur » daigne s’intéresser à ses revendications et se déplacer pour en discuter ! 

Aux environs de 17 heures le responsable MP1 déclarait que le DRRH acceptait de se rendre dans l’atelier M12 lundi 9 mars à 8 heures, pour rencontrer les mécontents. La CGT a rappelé que la journée de travail commençait en 4H55, non à 8 heures !  C’est pourquoi la CGT a maintenue son appel à la grève du 6 mars 16h (heure à laquelle la grève a été votée) jusqu’à lundi 9 mars, 8 heures (heure à laquelle le mouvement est suspendu en fonction de l’arrivée du DRRH) : certains on reprit le boulot dans l’attente de cet entretien, d’autres non. Si la direction vient à ce rendez vous sans avoir la volonté d’avancer, l’atelier sera à nouveau en grève et prendra des mesures beaucoup plus fermes pour faire entendre ses revendications communes ! 

Cette action ne se limite pas à l’atelier de peinture, Les revendications des salariés de M12 sont les mêmes que celles des autres salariés de PMTC : la lutte doit donc être commune ! 

La CGT invite les salariés mécontents, les désabusés, à venir demander des comptes à la direction dans l’air d’UEP de la peinture, ce jour à 8H00. 

Nous sommes en droit d’avoir des réponses aux questions relatives à notre qualité de vie dans notre entreprise et dans la société en générale ! 

Le  temps des complaintes est révolu, il est l’heure d’exiger la clarté ! 

6 mars, 2009

Révolt populaire !

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 21:09

Devant le mutisme de la Direction et son incapacité à négocier et  dialoguer face à  une revendication légitime  des travailleurs, la CGT et l’ensemble de ses structures appellent à la grève le : 

 vendredi 06 mars 2009 de 16h à 20h55 

et à renouveler l’appel dès 

lundi 09 mars 2009, 4h55 

si la direction ne vient pas dialoguer dans l’atelier de peinture avec les salariés mécontents. 

Les salaires 2009 : la grande mascarade, la suite :

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 20:25

Le deuxième échange avec la direction sur la question des salaires a été placé sous le signe du « rappel des engagements » pris par la direction et PSA lorsqu’ils voulaient obtenir les signatures des organisations syndicales en bas de la GPEC et de l’avenant aux 35 heures ! 

Notamment sur : 

-      La négociation d’un accord de classification digne de ce nom. 

-    La généralisation de la prime de qualité pour tous. 

-    L’intégration de la prime de présence, de la prime de qualité et des primes de tournées dans le fixe. 

La CGT a été consterné d’entendre la position de notre employeur sur la question de la généralisation de la prime de qualité : notre DRRH se déclare « intellectuellement prêt » à la payer, mais n’en a pas les moyens financier ! « C’est que ça représente BEAUCOUP d’argent » de tenir ses promesses ! 

Les débats ont également tourné autour de l’application des 35 heures et du dispositif « H+ H -». La CGT a fait remarquer, au delà de l’injustice des Samedis de Travail Obligatoires (STO), que ce système allait permettre à la direction de « trésoriser » sur ce compte virtuel les heures supplémentaires comme bon lui semble, sans bien sûre être obligé de les payer à ceux qui les ont faites ! 

Ca ne rapportera rien au personnel qui sera obligé de fournir des heures de travail sans aucune contrepartie financière ! La CGT a également dénoncé les augmentations individuelles, basées sur la subjectivité et attribuées à « la gueule du client » : la direction persiste et signe en déclarant « être attachée » à ce système qui permet de récompenser les « bons éléments ». 

En bref Peugeot renouvelle son « attachement » à créer des inégalités !   

D’habitude la direction fait au moins semblant de nous écouter lors de la « négociation salariale » mais cette année, elle a agit avec plus de hâte que par le passé : à l’issue des débats, un accord était déjà à signature et propose à compté du 1° mars 2009 : 

-      1% d’augmentation générale ! 

-      0,5% d’augmentation individuelle ! 

-      1, 5 % d’augmentation individuelle pour les ATAM forfaités ! 

-         La prime de maîtrise fixée à 71 € ! 

-         La Prime T.A fixée à 28,40€ par mois complet ! 

-         Les primes de transports :  o   Entre 0 et 15 km : 14, 20 € 

o   Au-delà de 15 km : 16,25 € 

-      Une revalorisation de l’ensemble des autres primes, comme, le doublage, la soudure, les essais, le montage, les permanences, la fonderie, l’usinage, l’insalubrité (à Dannemarie)  de 1% ! 

-      Les médailles du travail : 

o   Argent : 195 € 

o   Vermeil : 245 € 

o   Or : 295 € 

o   Grand Or : 325 € 

-      Cerise sur le gâteau : la prime de volontariat portée à 12 € ! (On ne dira pas : « merci Cerise » à l’heure des Samedis de Travail Obligatoires (STO).   

En bref : travailler plus pour gagner moins ! 

La CGT rappelle une autre augmentation, celle-ci à compter du 1° janvier 2009 : 

-      Une moyenne de 15 % d’augmentation de la charge de travail journalière pour tous, si on considère le vol de nos temps de pause, de nos temps de repas et nos RTT ! 

La CGT appelle les salariés à la réflexion : peut on laisser la direction faire tout ce qui lui chante ? Pour la CGT il convient de se révolter : le patron ne donne rien, il cède sous la pression populaire !

Il est urgent d’obliger notre employeur à revenir sur l’application des 35 heures, la GPEC et sa volonté à mener une politique salariale minimaliste ! 

4 mars, 2009

les DP de fevrier 2009.

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 11:09

Revendications du personnel 

Réponse de la direction 

M5 : faire des traçages des allées piétonnes et les sécuriser.

Le devis est en cours.

BAT260 : WC installer du chauffage et mettre de l’eau chaude.

Pas prévu.

BAT 260 1°étages : installer un vestiaire homme.

Pas prévu.

BAT 260 1°étages : installer des WC hommes

Il y en a en bas, les salariés utiliseront ceux là.

S2 : installer un vestiaire.

Pas prévu, il y en a en bas.

S2 : installer une fontaine SIAPPA.

Pas prévu, il y a déjà une fontaine kuligan.

MAG 253 : installer un vestiaire.

Pas prévu.

MAG 253 UEP : l’hygiène laisse à désirer donner le temps et les moyens au personnel de nettoyage.

Le cahier des charges sera renégocié avec SAMSIC (l’entreprise de nettoyage).

REF PREPA : l’hygiène laisse à désirer donner le temps et les moyens au personnel de nettoyage.

Le cahier des charges sera renégocié avec SAMSIC (l’entreprise de nettoyage).

Tout UEP M5, MAG253, BAT 260 : l’hygiène laisse à désirer donner le temps et les moyens au personnel de nettoyage.

Le cahier des charges sera renégocié avec SAMSIC (l’entreprise de nettoyage).

Tous WC M5, MAG253, BAT 260, BAT 263 : l’hygiène laisse à désirer donner le temps et les moyens au personnel de nettoyage.

Il y a effectivement des problèmes de propreté. Le cahier des charges sera renégocié avec SAMSIC (l’entreprise de nettoyage).

Tout UEP M5, MAG253, BAT 260 : le sirop et le papier manque, y remédier.

Les consignes seront repassées.

PMTC : comment se fait il, qu’on baisse la température du chauffage ?

La direction a annoncé que des économies devaient être faites sur le chauffage.

MAG 253 : reboucher les trous dans les allées.

Faire un tour avec les travaux neufs.

REF PREPA : la machine à café fait un drôle de bruit revoir son entretien.

La FREST va s’en occuper.

M5 refaire l’isolation du toit car il y a plein  de courant d’air.

La direction reconnait qu’il y a des courants d’air, mais ne sait pas corriger la situation.

PMTC : installer des écrans plats sur chaque poste informatique.

Une bonne partie de faite, le reste est en cours.

BAT 263 : installer un frigo.

Sera vu.

S2 : ouvrir les cartons pour que le personnel ne se blesse pas.

Les consignes seront repassées.

BAT 260 1° étage : revoir pour insonoriser le chauffage de ce secteur.

Sera vu avec DALKIA pour réduire les nuisances sonores.

M5 : installer la signalisation pour les passages piétons.

Les allées piétonnes sont en cours de redéfinition. Sera vu en CHSCT.

M5 : les charrettes de pièces peinture se décrochent installer des timons.

En cours.

M5 : les charriots des châssis ne sont pas dotés de timons, y remédier.

En cours.

Suite à la coupure d’électricité des disfonctionnements sont apparus, cela a généré de la peur pour certain salarié, ou en est on pour l’éclairage de secours ?

Intervention d’une entreprise extérieure, problème réglé pour le moment, des tests seront réalisés périodiquement.

les infos de la direction sont de plus en plus contradictoires, cela génère du stress au personnel, y remédier.

Le sujet sera abordé dans le prochain « POINT COM » et les RU seront formés à l’approche et la détection du stress.

Quel sont les valeurs sur les chaînes quand on monte  à 4, 6, 8,10 monteurs et les cadences ?

Rien n’est définit, sur la 7 les chronos sont en cours. La direction déclare que les monteurs font se qu’ils peuvent à leur rythme.

M5 : entre chaînes 5 et 6 installer une fontaine SIAPPA.

Pas prévu.

M5 : mettre un robinet à l’extérieur pour la machine à laver le sol.

A été fait, il y a même un cadenas contre le vol.

M5 : mettre les valeurs et chronométrer les postes.

En cours.

MAG 253 : le personnel veut des pulls quand il fait froid.

La direction va se renseigner sur ce qu’il se pratique dans le groupe PSA.

PMTC : prise en charge du nettoyage des bleus par l’employeur.

Un devis est en cours.

M5 : installer des ventilateurs au dessus des chaînes.

NON, un a été devis fait mais trop cher.

M5 PREPA : revoir avec le personnel  pour l’éclairage des postes.

Fait.

BAT 260 grandes hauteurs : revoir l’éclairage de cet atelier.

Ce n’est pas une priorité.

Propreté de l’entreprise : 

La direction botte en touche cette question pourtant essentielle et renvoi la réponse vers le contrat passé avec l’entreprise de nettoyage ! Si un « cahier des charges » doit être redéfinit, c’est à la hausse, car il n’est pas normal que les salariés de PMTC soit (encore une fois) victime de la politique d’économie de bout de chandelle imposée par la direction ! S’il n’y a pas assez de personnel pour faire assurer la propreté, que la direction renforce les équipes de nettoyage avec des salariés volontaires de Peugeot Motocycles ! 

Sécurité des piétons  La direction met en danger les salariés justes pour une question de devis : trouver de la peinture la moins chère ! Encore une économie de bout de chandelles mais cette fois c’est  la sécurité des salariés qui est en jeu. Rappelons à la direction qu’elle a un devoir de résultat quant à la sécurité du personnel. Comment se sentir rassuré alors qu’il a eu une panne de courant qui mettait dans le noir tous les ateliers. Les engins se retrouvant sans lumière auraient pu faucher des personnes, on a eu de la chance ! 

Encore des économies sur l’entretien du matériel de sécurité ? 

3 mars, 2009

CFTC : aucune question DP, mais un tract sorti du chapeau du magicien !

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 22:38

Nous « remercions » les militants CFTC, d’avoir pris sur eux de publier un tract reprenant les questions DP de la CGT, et de la CFDT, mais nous déplorons l’absence de notre logo sur ce tract imprimé sur un papier « haute qualité », siglé CFTC et distribué cet après midi. 

Cependant, la CGT aimerait donner un cours de « syndicalisme pour débutants » à nos jeunes camarades inexpérimentés : 

1.    Lorsqu’on est invité à participer à une réunion des délégués du personnel, il faut au préalable poser des questions à la direction. (C’est le fondement même du rôle des élus DP). 

2.    Lors de la réunion, il convient de participer aux débats et de ne pas se taire, sans avoir l’air de ne pas comprendre les sujets. 

3.    Lorsqu’on n’a pas posé de question et que pendant toute la durée de la séance on est resté silencieux, il ne faut pas récupérer les revendications des autres syndicats qui assument, eux, leurs responsabilités : cela s’appelle de l’opportunisme ! 

4.    Si on fait le choix de s’emparer des questions des autres, il faut se débrouiller pour que les réponses données dans le tract soient justes et pas un tissus d’âneries mal rapportées. 

En bref, il convient de dire que les syndicalistes CFTC ne sont bon qu’à récupérer le fruit du travail des autres syndicalistes, sans doute inspirés par les agissements du patron, qui ne fait rien et qui vit grassement du travail fournit des salariés. 

Il serait bon que ces syndicalistes d’opérette demandent une formation à la direction portant sur « le fonctionnement et le rôle des élus délégués du personnel », plutôt que des formations sur le bien fondé des 35 heures et leur mise en application ! 

Un compte rendu des DP sera prochainement imprimé par la CGT ! (Avec les bonnes réponses en face de vos questions). 

2 mars, 2009

BREVES DE C.E DU 28 février 2009

Classé sous nos tracts — lacgt2beaulieu @ 20:38

Lors du C.E de février 2009, plusieurs points on été abordé par la CGT, nous vous livrons donc une synthèse des débats autour des questions qui nous ont paru les plus pertinentes : 

- Prévisions de fabrications pour mars 2009 : 

SATELLIS : 576. GEOPOLIS : 274. LUDIX : 2894. ELYSTAR : 775. VIVACITY : 15. TREEKER : 669. JET FORCE : 874. FIGHT : 463. 

- Organisation prévisionnelles des chaînes de montage pour mars 2009 : 

La 4 : 8 monteurs. La 5 : 4 monteurs. La 6 : 8 monteurs. La 7 : 20 monteurs. La 8 : 8 monteurs. 

- Pièces provenant des fabrications Chinoises, retouchées en France : quels sont les pertes par véhicules et par gamme ? 

La direction n’a pas su chiffrer les pertes, car « elle n’avait pas compris la question » : la CGT l’a posé de manière plus claire : combien coutent les retouches pour rattraper les nombreux défauts de montage des véhicules Chinois badgés et Peugeot J.V ? Réponse en mars 2009 ! Pour la CGT c’est une réponse facile : faire semblant de ne pas avoir compris est le meilleur moyen d’éluder une question qui dérange ! Cette question est pourtant essentielle et répond à la suivante : à quoi bon faire produire des véhicules en Chine si c’est pour bouffer les marges en retouches ? 

- Point précis sur la filiale Italienne (frais de structure, marge opérationnelle, résultats pour 2008.) 

Sans doute gênée par l’état du marché Italien (- 59,1%, sur des volumes déjà très faibles, par rapport à janvier 2008), la direction n’a pas répondu non plus à cette question, mais s’est engagée à nous donner « du détail » lors du C.C.E portant sur les résultats économiques de PMTC, pour 2008, date non précisé à ce jour. La CGT rappellera cet engagement à la direction. Ce CCE est prévu, en principe au cours au mois d’avril, après le conseil d’administration Parisien. 

- Quelles sont les pistes de diversifications de l’activité qui sont étudiées ? 

Quelques pièces pour PSA, pour l’instant à l’étude d’industrialisation, mais rien de précis. La CGT ne comprend pas l’attitude de la direction sur le sujet de la diversification : c’est pour nous une question de survie pour les emplois. Ne pas se diversifier revient à assurer une lente et irrémédiable agonie : il est temps que notre employeur change son fusil d’épaule !                        

- Point sur le GT compact (R&D, mise en série etc.) 

D’après la direction, le GT compact est encore au « stade de la maquette ». La duperie n’a jamais prit et ne prendra jamais : lorsque ce véhicule sera finalisé, si il l’est un jour, il n’intéressera certainement plus notre clientèle, et sera concurrencé de toute manière par les Chinois badgés avant même d’être mis en série ! La baudruche se dégonfle ! 

-Point sur la ré – intégration de pièces scooters sur Peugeot Motocycles ? 

D’après la direction, des portes bagages pour LUDIX pourraient être réintégrés. Pour la CGT c’est se moquer du monde ! Alors que nous sommes motoristes, c’est PIAGGIO qui produit nos moteurs GC et nous impose ses conditions, et alors que nous sommes câbleurs, c’est la Roumanie qui produit nos faisceaux ! 

- 169 ouvriers de production sont censés partir sur un accord de méthode, où les trouvez-vous ? 

La direction ne sait pas répondre à cette question, et tente de nous expliquer que la structure en personnel de PEUGEOT MOTOCYCLES est trop importante pour les besoins en fabrication actuels et futurs. La CGT a rappelé le manque de main d’œuvre dont souffre les secteurs administratifs et productifs de notre entreprise : la direction a « hoché la tête » et n’a pas continué le débat ! 

- Environ 70 salariés sont partis sur l’accord GPEC ; A la moitié du délai du plan nous sommes bien loin des 250 ! Que va-t-il se passer dans 3 mois ? La CGT exige une réponse précise à cette interrogation générale du personnel ! 

La direction ne sait pas ce qui arrivera dans 3 mois, à l’issue du PREC, mais s’est engagée, au nom de C. STREIPFF, PDG de PSA, à ne pas licencier sec en 2009. Pour la CGT ce genre de propos n’est pas franchement rassurant : et 2010 ? Et après ? C’est le flou absolu ! La vie des salariés ne s’arrête pas à fin 2009 ! 

- Déclarations faites par Daniel Rivière le 11 février dernier sur la place publique, dans lesquelles il mentionne le fait de faire appel à du personnel de prêt de chez PSA ? 

La direction annonce qu’il n’est plus question de recourir à du personnel de PSA, car une équipe redémarre à Sochaux pour la « 3007 ». La direction ne comprend pas pourquoi ces propos ont pu énerver le personnel et évoque l’activité saisonnière de PMTC et donc la normalité de la situation. Pour la CGT tenir ce genre de propos alors que l’on assiste à la casse de 250 emplois sur nos sites industriels est inacceptable : cette question sera abordée au prochain C.C.E, à suivre … 

- Emploi de 8 intérimaires en soudure et de 5 intérimaires au montage alors qu’on pousse le personnel vers la sortie : explications ! 

La direction persiste et signe : et déclare trouver « normal » d’employer des contrats précaires pour assurer nos fabrications à cause de la soi disant saisonnalité de notre activité. La CGT ne peut considérer cette réponse comme satisfaisante ! La direction a eu besoin de certaines compétences au commerce : elle a embauché deux personnes. Qu’il en soit de même en soudure et en chaîne de montage, après avoir stoppé de PREC, bien sur ! 

- A quand la prochaine réunion de la parodie de négociation salariale ? 

Réponse : « Cette semaine » ! La direction s’est souvenue avoir engagé les débats lors d’une première « pseudo réunion » sous le signe de la mascarade. A suivre donc ! 

- A quand l’ouverture des négociations sur l’accord de classification ? 

Réponse : « Dans les semaines qui viennent ! » La direction vient également de se souvenir avoir engagé les débats sur le sujet avec les syndicats en novembre 2008 ! L’accord sur les classifications était une des « contreparties » promises à la signature de l’avenant aux 35 heures et à la GPEC ! 

- Point sur l’enquête portant sur le stress & la souffrance au travail. 

La CGT a rappelé l’existence de l’enquête sur le stress et la souffrance au travail, et a averti la direction de l’arrivée imminente de ses préconisations dans l’instance CHSCT. La CGT a d’ores et déjà exigé de la direction les pleins moyens financiers pour corriger la situation et mieux gérer la notion des risques psycho-sociaux. Un CHSCT extraordinaire aura lieu courant mars pour aborder cette question essentielle, à suivre … 

- Est-ce que Peugeot Motocycles va bénéficier de l’aide de l’état qui a été attribué à PSA ? 

La direction répond du tac au tac : « oui, mais de manière indirecte, en ne licenciant pas de manière sèche en 2009. » Pour la CGT, l’argent public doit servir à maintenir l’ensemble des emplois, et des productions en France : cet argent c’est le notre, celui du contribuable ! Il ne faut pas laisser PSA se le mettre dans la poche ! 

- Point sur le CIE : analyse & bilan après un an de fonctionnement ! 

La direction a déclaré vouloir regarder dans l’accord si elle était obligée de faire un point sur le CIE ! Réponse qui confirme l’opinion de la CGT : La direction se moque des œuvres sociales, c’est pour cela qu’elle a cassé les anciennes ASC : notre employeur ne souhaite pas donner dans le social ! La CGT souligne qu’elle siège à présent au bureau du CIE ! Notre élu veillera à une répartition plus équitable des budgets de redistribution ! 

- Point sur les Samedis de Travail Obligatoires (STO) : 

Tournée A :                          les 7 et 21 mars 2009. 

Tournée B :                           les 14 et 28 mars 2009. 

La CGT à a nouveau demandé l’abandon de cette infamie qu’est l’avenant aux 35 heures. La CGT trouve inacceptable d’être obligés de venir le samedi matin alors que les volumes restent très faibles et ne nécessitent pas d’heures supplémentaires pour être réalisés ! La direction est d’accord avec cette analyse mais annonce la couleur : « il faut rattraper les jours chômés et produire quand on en aura besoin ». Une fois les « H- » récupérées, la direction laisse sous entendre que des heures en « H +» seront imposées ! Notre employeur se réjouit de cette flexibilité ! Pour la CGT au delà de cette flexibilité, cet avenant aux 35 heures ne sert pas à ANTICIPER le chômage, mais à le PROGRAMMER pour les années à venir ! 

                                                                La CGT maintient son appel à la grève et a l’arrêt de travail 

Lors de ces STO imposés par la direction ! 

La CGT va engager les débats avec la CFDT pour s’organiser dans la lutte pour nos samedis ! 

- Désamorcer la situation de conflit en peinture par la voix du dialogue et ramener la paix sociale en officialisant le droit de pouvoir bénéficier du quart d’heure de douche pendant le temps de travail, soit à 12h30 et à 20h30, pour le personnel d’application et de préparation peinture ! 

La direction a déclaré vouloir camper sur ses positions et à ne pas faire aboutir la revendication, pourtant légitime des travailleurs ! Notre employeur déclare « respecter la loi » en payant les 15 minutes de douche en dehors du temps de travail. La CGT lui a rappelé qu’il pouvait aller au delà de la loi ! 

Rappel des faits : le personnel d’application M12 est en lutte depuis le mois de janvier 2009 pour obtenir un quart d’heure de douche payé pendant le temps de travail. Après avoir présenté leurs arguments à la direction, les protagonistes se sont heurtés à un mur réactionnaire ! C’est pourquoi les concernés ont fait valoir l’exercice de leur droit à la grève, pour obtenir satisfaction ! 

Le 11 février dernier, les grévistes ont été convoqué à un entretient préalable à une sanction, par la chef du personnel, qui qualifiait la grève « d’illicite et d’auto suffisante », avec le soi disant soutient de l’inspectrice du travail. La CGT qui avait couvert d’un appel à la grève les mécontents, a interpellé l’inspection du travail, pour connaitre sa position, et vérifier les propos qui auraient été tenus : une lettre* de madame l’inspectrice du travail nous est parvenue dans laquelle elle réfute les propos qu’elle aurait tenus et déclare que la qualification « de grève illicite ou non » ne relève pas de sa compétence ! La direction à donc (encore une fois) mentie ! 

* Copie de la lettre accessible dans les panneaux syndicaux et sur simple demande auprès d’un militant CGT de votre choix. 

La direction a déclaré ne pas vouloir aller plus loin dans ce débat ! La CGT organisera dès cette semaine une rencontre de médiation entre les grévistes et la direction, a suivre … 

Infos pratiques : 

Election des membres du CHSCT, 3 militants CGT ont été élu :

      Gilles MERCIER        Arnaud CHAUDEY        Emmanuel GUILLIER 

Election des membres du C.C.E, 1 élu CGT au C.E a été élu : 

Emmanuel GUILLIER 

Election des membres du C.I.E, 1 élu CGT au C.E a été élu : 

Emmanuel GUILLIER 

12345...19

Mon Mémoire : BOUTIQUE JOUETS |
Tartine et Chocolat |
Maladies orphelines |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AsianTop
| Israël, un peuple à part
| aumoneriedesjeunes